Luke à la Maroquinerie de Paris, aussi intense qu’inespéré

Me voilà convoquée depuis des mois à cette formation à Paris… Tiens, c’est marrant, Luke joue son nouvel album aux dates qui coïncident. Non, je ne vais pas y aller, je suis à Paris pour travailler et je les aurai déjà vu à Lyon. Complètement déraisonnable… Et pourtant.

Tiens, c’est complet. Hé! Mais j’ai pas du tout ma place…! Et c’est à partir de là que je suis dégoutée… Je vais rater un super concert qui est complet ! J’adore l’album Porcelaine, ça aurait été intelligent d’acheter deux places et d’aviser au moment venu, hein ?

J’ai cherché, longtemps… Harcelé, un peu… Dans l’espoir de trouver des places. Puis finalement, mon mercredi soir est bien occupé puisque je rejoins un ami chez lui pour jouer un peu de guitare. Notre fin d’après midi, début de soirée démarre pas mal quand à 18h, tout s’accélère ! 2 places sont à vendre sur TicketSwap (que je recommande chaudement) et HOP, c’est parti !

Pré-concert

Première surprise à notre arrivée au lieu de l’évènement, tandis que je cours aux toilettes m’alléger de ma pinte, le groupe est tranquillement attablé et se restaure avant l’heure fatidique. C’est comme à la maison. J’aime bien ! Dans l’excitation, on n’a rien mangé depuis longtemps et il faut qu’on s’en occupe aussi. On commande de la bière et de la bouffe, et on se prépare à un truc de dingue !

Un stand de merch est présent, avec Vinyles & CD, livres, T-shirt… Ils ne prennent la carte que pour le livre car le monsieur m’explique que ça va dans deux caisses différentes. Avant que je percute que le monsieur en question est l’auteur du livre sur Luke, monsieur Romain Lejeune. J’ai adoré cette lecture, tant les histoires dedans sont improbables et cools (sans spoiler, je pense à un enregistrement avec une star US à côté et à l’album Pornographie… ça mérite vraiment la lecture). C’était rigolo de discuter 5 minutes avec Romain du coup :).

La batterie cogne fort !

Dès le début du concert, ça ne fait pas de doutes, ça va envoyer du lourd. D’ailleurs, je garderai cet acouphène pendant près de 24h, avec un peu de stress pour mon audition au passage.

Le concert démarre sur Sauvage et Fugitive, ça donne le ton : rock, malgré un album un peu controversé. Le public est très réceptif, ce qui dénote énormément avec mon concert de Lyon. Là, je me dis que c’est vraiment une chance d’avoir choppé les places et que ça va être génial. Les titres s’enchainent, pas dans le même ordre qu’à Lyon mais je retrouve globalement le setlist : On est pas des machines, Soledad, Le robot, J’veux être un héros, Danse dans la nuit, Dis moi, La terre ferme, Paradis rouges, Le reste du monde, Saluez les ombres, La sentinelle, Flèche, Porcelaine !

Je note que Zoé à fait son apparition (Et Stella a disparue !!!) … Pour l’anecdote, à Lyon, on avait demandé  Zoé et Thomas ne se souvenait pas des paroles… J’étais devant lui et j’avais dégainé mon téléphone avec les paroles quasi instantanément. C’était bien joué ahah.

Sur Paradis Rouges, voyant que ça pogote bien et qu’il y a des gars solides dans le public, je leur demande de me porter au dessus de la foule, le vrai pogo ! J’ai toujours eu envie d’essayer, jamais osé, et ce soir, j’ai senti que c’était le moment ! Et verdict… C’était incroyable. Je suis contente de l’avoir fait au moins une fois dans ma vie 🙂

Je salue Saluez les ombres ! J’avais énormément aimé la version à Lyon, et celle de Paris était bien plus convaincante encore, avec ce refrain martelé, vraiment efficace. Si l’album se fait pop, nul doute que le concert reste bien rock de son côté. J’en profite pour dire que j’ai filmé quelques nouvelles chansons que vous trouvez sur ma chaine Youtube :

Un rappel numéro 1 nous ajoute au Setlist C’est immense ainsi que Solitaires… Mais le public en redemande encore et encore si bien qu’un ultime rappel nous sera offert avec une nouvelle fois  « On est pas des machines », version on lâche tout !

Merci !

Immense merci au groupe pour ce concert Ô combien intense et mieux ficelé que notre premier jet Lyonnais. Le 6 avril, j’ai eu la chance (un peu provoquée puisque j’ai foncé dans les loges mdr) de rencontrer Thomas. J’écoute Luke depuis très longtemps (comme nous tous) sauf qu’à l’époque je n’avais que 13 ans… Ce moment restera bien gravé dans ma mémoire, comme tous les souvenirs qui accompagnent les nombreuses chansons de Luke.

 

Hasta Siempre!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.