Enterre-moi, mon amour ; la claque

Quand un « jeu » propose d’incarner une syrienne qui tente de fuir la guerre et la misère et qu’il est supporté en partie par Arte, on peut s’attendre à un petit bijou. Avant d’aller dans le détail de l’application, laissez moi vous expliquer pourquoi je pense que c’est bien d’avoir un « jeu » de ce genre.